Tom Hardy, le top 10 de ses prestations

Acteur intense et jusqu’au boutiste, Tom Hardy pourrait être rangé dans la catégorie de ces acteurs qui cabotinent pour le plaisir de jouer leur rôle à fond. Désormais attaché à Marvel via VENOM, Tom Hardy a percé dans ce milieu grâce à son impressionnant charisme et cette animalité qu’il dégage à chacun de ses rôles. Retour sur sa carrière avec un top 10 de ses interprétations (et c’est forcément subjectif).

10. LEGEND réalisé par Brian Helgeland (2015)

Deux fois plus de Tom Hardy dans ce film pour lequel l’acteur interprète les deux frères jumeaux Reggie et Ronnie Kray, célèbres gangsters du Royaume-Uni. Voilà une (double) prestation maîtrisée dans un film qui a bien du mal à être au niveau de son acteur principal.

9. DES HOMMES SANS LOI réalisé par John Hillcoat (2012)

Plongé au coeur de l’Amérique en pleine prohibition, le film de John Hillcoat s’intéresse plus particulièrement aux frères Bondurant, des trafiquants notoires de l’époque. Jason Clarke, Shia LaBoeuf et Tom Hardy les incarnent, tous dans une partition différente. Celle de Hardy, tout en mutisme, est d’une prestance stupéfiante, portée par un jeu tout en intériorité. Il est le point central de ce récit dur qui fut un échec injuste au box-office.

8. INCEPTION réalisé par Christopher Nolan (2010)

Dans le thriller cérébral high-tech et high-concept de Nolan, Hardy joue l’un des membres d’une équipe dirigée par Cobb (Leonardo DiCaprio), un hacker d’espionnage industriel dont la spécialité est d’envahir le subconscient des gens afin de voler leurs secrets. Ou, dans ce cas, pour organiser l’implantation (ou la création) d’une idée qui brisera un empire commercial. Hardy est l’homme de Cobb, Eames, dont la spécialité est le vol d’identité, une compétence très utile pour manipuler l’ennemi. C’est un rôle plus chic, plus fluide et plus sinueux dans la carrière de Hardy, et le film de Nolan fait ressortir un aspect de son jeu qu’on ne lui connaissait pas (et qu’il ne mettra plus beaucoup en valeur par la suite).

7. QUAND VIENT LA NUIT réalisé par Michaël R. Roskam (2014)

De tous les rôles principaux au cinéma que Hardy a eus, c’est probablement le plus sympathique et “héroïque”. Dans ce film adapté d’une histoire de Dennis Lehane, Hardy joue un gars sympa et ordinaire appelé Bob, qui travaille dans un bar appartenant à son cousin Marv (savoureux James Gandolfini). L’endroit est utilisé comme point de chute par les gangsters tchétchènes pour leur argent illégal. Bob sauve un chiot d’une poubelle à proximité et cet acte pittoresque d’altruisme et d’innocence déclenche une série d’événements dramatiques et tragiques. Bob est une figure unique dans le CV de Hardy : il est fondamentalement bon et le visage ainsi que le style de Hardy ont toujours été à l’encontre de cette facette. Autre point étonnant, il est ici plutôt vulnérable autant psychologiquement que physiquement. Là encore, ce film aurait mérité un plus large succès.

6. LOCKE réalisé par Steven Knight (2014)

Voila un autre film passé totalement inaperçu. Hardy montre ce qu’il sait vraiment faire en tant qu’acteur, alors que tous les films qui l’ont rendu célèbre semblaient avoir refoulé les qualités mêmes de subtilité et de sensibilité qu’il montre ici. Hardy joue le directeur de la construction britannique Ivan Locke, et tout le film n’est qu’un plan de lui au volant de sa voiture alors qu’il parle aux personnes qui comptent dans sa vie sur son mobile. C’est un type fiable, professionnel et sans émotion qui était sur le point de superviser le coulage de milliers de tonnes de ciment humide dans les fondations d’un nouveau bâtiment dans les Midlands. Mais juste au moment où on a besoin de lui en personne, Locke a abandonné le site et se dirige vers Londres. Il traverse une crise conjugale et une dépression émotionnelle, mais il tient le coup. Le jeu d’acteur exceptionnel de Hardy, montre les terribles dommages que cela lui inflige personnellement. Une grande performance, à redécouvrir d’urgence.

5. THE DARK KNIGHT RISES réalisé par Christopher Nolan (2012)

Il fallait forcément un acteur à la hauteur pour succéder au Joker de Heath Ledger dans THE DARK KNIGHT. Prenant des kilos de muscles pour devenir le terrifiant Bane, Tom Hardy incarne un antagoniste physique, mais pas dénué d’ingéniosité. La mise en scène de Nolan l’impose définitivement comme cet acteur capable de prendre toute la place dans le cadre avec une indéniable puissance visuelle. Et THE DARK KNIGHT RISES l’impose définitivement à Hollywood, tout en lançant cette fameuse idée que l’acteur en impose aussi avec un masque.

4. WARRIOR réalisé par Gavin O’Connor (2011)

L’un des rôles fondateurs de Tom Hardy, celui qui imprime durablement son regard de feu dans nos mémoires de cinéphiles. Il joue ici Tommy, un vétéran de la guerre en Irak rentrant chez lui à Philadelphie. Il demande à son père (Nick Nolte), alcoolique et intimidateur, de le préparer pour un tournoi d’arts martiaux qui lui permettrait de gagner beaucoup d’argent. Le père accepte à contre-coeur, mais l’adversaire de Tommy s’avère être son frère tout aussi blessé psychologiquement, Brendan, joué par Joel Edgerton. Un duel fraternel émouvant dans lequel Hardy, tout en brutalité sourde, bouffe l’écran avec une envie terrible d’en découdre. Un rôle mémorable.

3. MAD MAX FURY ROAD réalisé par Georges Miller (2015)

Pour la majorité de ses fans, il s’agit probablement du film clé de Hardy : le prolongement largement apprécié de la franchise Mad Max par George Miller. Dans ce blockbuster magistral, Hardy joue le taciturne Max Rockatansky et a la lourde tâche de succéder à Mel Gibson. Si son rôle est quasiment muet, ce n’est pas pour autant qu’il doit être minimisé. Avec une intensité de tous les instants, il nous offre un Max d’une sauvagerie sans pareille qui se fond totalement dans le décor post-apocalyptique déshumanisé de Miller. Il enchaîne les prouesses physiques tout en parvenant, par petites touches, à rendre faillible son personnage. Si le grand spectacle est régulièrement mis en avant, l’implication de son interprète principal contribue largement à la réussite du film.

2. THE REVENANT réalisé par Alejandro Gonzalez Inarritu (2016)

L’un des rôles de méchant les plus frappants de sa carrière. Avec son visage balafré et sa mine sombre, Tom Hardy joue Fitzgerald, le contrepoint idéal d’un Leonardo DiCaprio (incarnant le trappeur Hugh Glass) revenant d’entre les morts. Pour ce dernier, il fallait un adversaire à la hauteur pour que son parcours soit plus incroyable encore. Avec quelques actes impitoyables (dont l’assassinat du fils de Glass), Fitzgerald est un homme sans pitié qui sacrifie volontiers son prochain pour survivre. Ne possédant aucune sorte d’empathie, il est prêt à en découdre pour se protéger et conserver sa précieuse monnaie. Une prestation absolument remarquable.


1. BRONSON de Nicolas Winding Refn (2008)

Si Tom Hardy a déjà tourné pour Ridley Scott (LA CHUTE DU FAUCON NOIR), Tim Burton (SWEENEY TODD), Zack Snyder (SUCKER PUNCH) ou encore Guy Ritchie (ROCKN’ROLLA), c’est définitivement avec BRONSON que l’acteur s’impose aux yeux de la profession en incarnant ce prisonnier réputé comme “le plus violent d’Angleterre”. Avec sa folie et sa gesticulation incessantes, le comédien marque à jamais les esprits dans ce rôle qui l’impose instantanément dans le milieu du cinéma. Si le film reste imparfait malgré ses fulgurances esthétiques chères à Refn, la prestation de Tom Hardy est l’une des plus sensationnelles des années 2000. Et pour moi, la meilleure de sa carrière.

Laisser un commentaire