Junior, Arnold Schwarzenegger et son enfant

Publicités

Dans la collection des films improbables, JUNIOR doit y tenir une bonne place. Ivan Reitman retrouvait là son duo de JUMEAUX, Arnold Schwarzenegger et Danny DeVito pour un script complètement loufoque.

Imaginer l’un des hommes les plus impressionnants de l’époque en homme “enceinte”. Voilà là une idée qui tient presque du génie. Schwarzy a le ventre rond, subit les hormones féminines et se démène avec un personnage qui part dans tous les sens (jusqu’au moment où il est déguisé en femme !). JUNIOR c’est ça, des débordements de partout (Emma Thompson qui carbure à l’adrénaline et en rajoute des couches dans la maladresse de son personnage) et une bonne humeur générale qui nous contamine.

Globalement, le film est peu drôle, hormis sur quelques situations bien amenées. Mais le statisme de la mise en scène et un surplus de longueurs parasitent l’ensemble. En le revoyant, j’ai vraiment cette impression que Reitman ne va pas au bout de son idée. Il semble prisonnier d’un sujet aussi sensible et ne parvient pas à le hisser plus haut que la simple farce inoffensive. Pourtant, la thématique de l’inversion des rôles est intéressante et aurait pu donner lieu à une habile exploration des relations hommes-femmes sur la naissance (au-delà de son postulat scientifique un peu ridicule).

À la différence de JUMEAUX, JUNIOR ne cartonnera pas dans les salles de cinéma. Avec son budget maousse de 60 millions de dollars, le long-métrage ne récoltera que 108 millions. Toutefois, son postulat délirant assumé et l’aura de ses comédiens en feront un véritable carton dans les video-club.

Laisser un commentaire