Ed Wood, le portrait d’un réalisateur hors normes par Tim Burton

Publicités

Considéré par la presse comme « le pire réalisateur de tous les temps », Ed Wood est aujourd’hui vu avec plus beaucoup de sympathie et s’avère même adoré de certains cinéphiles qui se délectent de ses séries Z aux effets spéciaux et jeu d’acteurs approximatifs.

L’histoire d’un outsider

Le film revient à la source : En 1952, à Hollywood, Ed Wood (Johnny Depp) cherche à percer dans l’industrie du cinéma. Il rencontre le producteur Georgie Weiss (Mike Star) alors que celui-ci cherche à faire un film inspiré de l’histoire de Christine Jorgensen (la première personne à s’être fait opérer pour changer de sexe) et lui propose d’écrire le scénario. Peu après, Wood rencontre Béla Lugosi et les deux hommes deviennent rapidement amis. Wood persuade Weiss de le laisser réaliser le film car lui-même aime s’habiller en femme et en mettant en avant la participation de Lugosi au projet. Wood réalise son rêve en étant à la fois acteur, scénariste, réalisateur et producteur de Glen or Glenda? mais le film est un grave échec à la fois commercial et critique.

Tim Burton aime ces outsiders qui tentent de créer un univers, aussi limité soit-il. Avec ED WOOD il brosse un portrait plein d’empathie autour de cet homme qui n’a qu’un rêve : faire du cinéma. Ce sont les scénaristes Scott Alexander et Larry Karaszewski qui ont l’idée d’écrire un film sur Ed Wood alors qu’ils sont encore étudiants à l’USC School of Cinematics Arts. Ils le proposent, plusieurs années plus tard, au réalisateur Michael Lehmann qu’ils ont connu à l’université. Celui-ci parle du synopsis à la productrice Denise Di Novi qui a collaboré avec Tim Burton sur EDWARD AUX MAINS D’ARGENT.

Burton se documente avec beaucoup d’attention sur le parcours de ce cinéaste. Il est admiratif du fait que Wood réalisait ses films comme s’il mettait en scène CITIZEN KANE ! Pour l’incarner, le metteur en scène de BEETLEJUICE ne voit qu’un homme : Johnny Depp. Nous sommes à une époque où ce dernier a perdu l’envie de jouer avec une forme de désespoir qui devient pesant dans sa propre vie. Au casting, on retrouve également Martin Landau (qui interprète l’acteur Bela Lugosi), Sarah Jessica Parker, Bill Murray, Vincent d’Onofrio et Jeffrey Jones.

Un biopic exemplaire

Avec un mélange d’outrance spectaculaire et de précision d’horloger, Johnny Depp se glisse dans la peau de cet homme excentrique, prêt à tout pour vivre ses rêves. Tim Burton en tire un biopic tendre, voire amusant par moments. Il impose le noir et

blanc à son studio (Buena Vista, une ancienne filière de Disney), seul moyen pour lui de rendre authentique son film. La passion du cinéma qui animait Ed Wood est racontée avec beaucoup d’empathie par Burton. Il se sent proche de la personnalité atypique de ce réalisateur moqué.

ED WOOD est peut-être l’un des films les plus matures de Tim Burton. Il transforme le réel avec une touche de fantaisie qui sied parfaitement à la personnalité de son personnage. Malheureusement, ce sera un échec au box-office avec seulement 5 millions de dollars récoltés (pour 18 millions de budget). C’est le premier gros échec de la carrière du cinéaste, mais sa nature même n’en faisait pas un prétendant sérieux au box-office. Après cela, il partira dans une direction totalement différente avec un certain MARS ATTACK !

Laisser un commentaire