Peur primale, le film qui révéla Edward Norton

Publicités

Gregory Hoblit a travaillé sur de nombreuses séries télévisées avant de passer par le cinéma en 1996. Ce sera avec PEUR PRIMALE, un film émouvant et troublant sur le combat d’un homme pour prouver son innocence.

La justice en ligne de mire

Richard Gere incarne ici Martin Vail, brillant avocat de Chicago, aussi soucieux de sa publicité que de son talent, se porte volontaire pour défendre un jeune homme accusé du meurtre de l’archevêque Rushman, un des plus éminents dignitaires de la ville. Aaron Stampler (Edward Norton), le présumé coupable, provincial timide et naïf, bénéficiait de la protection de l’archevêque qu’il considérait comme son père. Vail est alors rapidement convaincu de

l’innocence de son client. Mais quelques révélations vont troubler l’ordre établi… C’est ainsi qu’un jeu de dupes commence, emmenant Vail a s’interroger sur la vérité. Richard Gere est impeccable dans un rôle qui lui va comme un gant. Mettant en avant son charisme, il trouve en face de lui un acteur naissant déjà au-dessus du lot.

Et le cinéma découvrit Edward Norton…

Certes, Edward Norton n’est pas un débutant quand il est engagé pour PEUR PRIMALE. C’est déjà un acteur chevronné de théâtre ayant notamment évolué au sein de la Signature Theater Company de New-York. D’autres comédiens sont d’abord approchés pour jouer dans le film comme Leonardo DiCaprio, Matt Damon, James Marsden et James Van der Beek (oui, la future star de la série DAWSON). Pour son premier film, Edward Norton crève littéralement l’écran avec une interprétation tellement stupéfiante qu’il sera nominé aux Oscars l’année suivante. Incarner un schizophrène bègue atteint du trouble de la personnalité multiple dès son premier rôle reste une prouesse remarquable. Cette dernière sera le point de départ d’une remarquable carrière ponctuée de rôles puissants.

Lors de sa sortie au printemps 1996, il récolte 102,5 millions de dollars de recettes mondiales pour 30 millions de budget. Grégory Hoblit poursuivra sa carrière avec LE TEMOIN DU MAL pour lequel il dirigera Denzel Washington.

Laisser un commentaire