Une date, une histoire : rivalité et tensions entre Steve McQueen et Yul Brynner sur le tournage des 7 mercenaires

UNE DATE, UNE HISTOIRE est une rubrique au texte court, qui revient régulièrement sur une date clé du cinéma, se référant à un événement en particulier, une sortie de film, une polémique ou tout autre fait qui a eu lieu dans l’Histoire.

Nous sommes en mars 1960 sur le tournage du film LES 7 MERCENAIRES.

Le film de John Sturges a réuni l’un des plus beaux castings de l’Histoire du cinéma. Mais aussi l’un des plus chargés en testostérone, ce qui a inévitablement mené à quelques conflits d’ego sur le tournage. Celui entre Steve McQueen et Yul Brynner est le plus important. Alors reconnu à cette époque pour son rôle dans la série AU NOM DE LA LOI, McQueen se frotte ici à l’un des meilleurs comédiens de l’époque. Compétiteur et un poil arrogant, il ne supporte pas le traitement de faveur que reçoit Brynner en raison de son prestige. À sa manière, il va alors essayer de prendre toute la lumière. Tout en oubliant certainement que LES 7 MERCENAIRES fut initié par Brynner lui-même suite au visionnage du chef-d’oeuvre d’Akira Kurosawa, LES SEPT SAMOURAÏS, et qu’il était donc en droit de s’offrir une place de choix dans le film.

Dès le départ, la tension s’installe : McQueen, qui connaît le maniement des armes grâce à la série, initie Brynner tout en cachant volontairement quelques détails déterminants. L’acteur des DIX COMMANDEMENTS voit clair dans son jeu, mais il en aura pour ses frais lors de la mise en boîte de la fameuse séquence de l’enterrement. McQueen, vexé de n’avoir rien à dire, joue avec son chapeau et ses munitions à l’arrière-plan pour perturber une séquence vouée toute entière à Brynner. Ce dernier s’agace, supportant mal le fait d’être bousculé ainsi. McQueen ira plus loin en ralliant ses camarades à sa cause dont un certain Charles Bronson, l’homme de l’ombre, reservé, qui commencent à s’agacer des caprices de Brynner sur le tournage : villa privée, caravane personnelle, préparation de son petit-déjeuner dans un kimono en soie (!) et même de nombreux assistants à ses côtés (dont un qui lui allume ses cigarettes !). Sur le tournage, il exige d’être régulièrement mis en avant à l’écran, demandant notamment la mise en place de petits tas de terre pour le faire paraître plus grand. Malicieux, McQueen prendra plaisir à les détruire avant les prises de vues, ce qui agacera énormément son partenaire…

Les médias ont alors vent de cette affaire et y mettent leur grain de sel. Yul Brynner met les points sur les i avec son partenaire sans aucun détour : « On raconte dans les journaux que nous nous sommes engueulés. Je suis une star : je ne m’engueule pas avec les seconds rôles. Je veux que tu appelles le journal et que tu leur dises que cette histoire est un tissu de mensonges. » Sans une once d’hésitation, son camarade lui répond. « Tu sais ce que j’en fais de tes ordres ? Fous le camp !« . Lors du tournage, Brynner invitera toute l’équipe à son mariage. Un seul manquera à l’appel…

Laisser un commentaire