Outrages, Brian de Palma plonge dans la guerre du Vietnam

Publicités

Sorti du succès des INCORRUPTIBLES, Brian de Palma s’intéresse à un sujet tout à fait différent, relatant un fait divers qui s’est déroulé durant la guerre du Vietnam. 

Une histoire dure

Surnommé L’INCIDENT DE LA COLLINE 192, ce fait renvoie à l’enlèvement ainsi qu’au viol collectif opéré sur Phan Ti Mao, une jeune femme vietnamienne le 19 novembre 1966 durant la guerre du Vietnam. Elle sera assassinée après ces ignobles actes. Les auteurs ? Quatre soldats américains. Un cinquième homme, Sven Eriksson (incarné à l’écran par Michael J.Fox) assiste, impuissant à la scène. Il prend la décision de dénoncer le crime mais encourt de sévères représailles. Brian de Palma, secoué par cette histoire, décide mettre sur pied un projet qui pourrait éclairer le grand public sur cet épisode. Un film allemand intitulé O.K. avait déjà retracé cet événement en 1970. 

A une époque où les films sur le conflit au Vietnam sont très exposés, de Palma décide de revenir sur cette période avec un récit moins épique, mais plus intimiste. L’horreur qui se cache derrière celui-ci rejoint les parts psychotiques et sombres des personnages que le cinéaste affectionne. Dans sa filmographie, OUTRAGES semble tenir une place à part, une place qui ne reste pas forcément dans les mémoires lorsqu’on évoque Brian de Palma, plus connu pour ses thrillers hitchockiens que pour ses réflexions sur la guerre.

Michael J.Fox plongé en enfer

En embarquant Michael J.Fox dans l’aventure, lui, la star de RETOUR VERS LE FUTUR, il met en avant le talent évident d’un acteur qui offre de la lumière à un récit dénué d’humanité. On

raconte que la relation entre Fox et Sean Penn fut toxique, le second n’adressant jamais la parole au premier. Lors d’une rétrospective à la Cinémathèque française, de Palma déclarera : « Sean n’a pas du tout adressé la parole à Michael durant tout le tournage. Il n’a pas quitté son rôle de sergent. Il traînait avec les gars de l’armée, mais a complètement ignoré Michael. Il le considérait comme de la Kryptonite. C’est même allé très loin. Notamment la scène où Michael le poursuit avec sa pelle, Sean n’arrêtait pas de le provoquer. On faisait plusieurs prises, et Sean continuait. Et là d’un seul coup, dans une des prises, Sean a littéralement poussé Michael à terre. Michael s’est relevé et l’a ensuite fusillé du regard. On a gardé cette réaction dans le film. ». Le genre de situation que les cinéastes affectionnent secrètement pour intensifié encore un peu plus ce qui se déroule à l’écran. En l’état, c’est un film émotionnellement fort, porté par des comédiens remarquables. La mise en scène de Palma cadre à merveille tout le fonctionnement de cette histoire qui fait froid dans le dos et qui pose une question percutante : La guerre autorise-t-elle toutes les dérives ?

OUTRAGES ne sera pas un grand succès malgré des critiques positives. Brian de Palma partira ensuite sur un projet assez atypique, LE BUCHER DES VANITES, avec Tom Hanks et Bruce Willis. Un drôle de long-métrage qui sera un énorme échec au box-office. 

Laisser un commentaire