Apollo 13, voyage dans l’espace pour Ron Howard

« Houston, nous avons un problème« . Voilà une phrase qui a gravé le film APOLLO 13 dans l’esprit des spectateurs. En 1995, le réalisateur Ron Howard ambitionnait de réaliser un film épique et réaliste dans l’espace en retraçant l’histoire d’Apollo 13, la septième mission spatiale habitée américaine vers la Lune du programme Apollo, qui a pour équipage James Lovell (incarné à l’écran par Tom Hanks), Fred Haise (Bill Paxton) et Jack Swigert (Kevin Bacon).

Dans l’Histoire américaine, cette mission est considérée comme « un échec réussi » par la NASA. Un échec qui aurait bien pu coûter la vie aux trois astronautes qui participaient à la mission. Lancée le 11 avril 1970, la navette spatiale avait pour but, comme les Apollo précédentes, de partir explorer la Lune et d’en ramener des roches ainsi que d’y pratiquer quelques expériences. Ron Howard exhorte cette sensation de triomphalisme qui n’est alors qu’éphémère. Il prend rapidement la décision de ne pas diffuser d’images d’archives dans le film et de rester concentrer sur une unique reconstitution.

Les acteurs vont alors subir un entraînement très intensif pour que le long-métrage soit le plus réaliste possible. Tom Hanks, Bill Paxton et Kevin Bacon subirent alors le même entraînement que les astronautes. Leur objectif ? Etre capable de manoeuvrer toutes les navettes et véhicules du film, devant

pour cela mémoriser plus de 500 boutons, leviers et autres commandes de bord. Ils ont également eu le droit à une formation au vol en situation d’apesanteur à travers de vrais avions spéciaux utilisés par la NASA. Pour Tom Hanks, toute cette préparation se révèlera très pénible malgré la passion que l’acteur a envers le projet. Grand amateur d’astronomie, il ne sera toutefois pas l’acteur voulu par le vrai Lovell pour l’incarner à l’écran. En effet, ce dernier aurait préféré voir Kevin Costner à la place. Ce qui ne l’empêchera pas d’avouer que la performance de Hanks l’a profondément touchée…

APOLLO 13 fut un immense succès public et critique. Nommé sept fois aux Oscars, il en remportera deux : celui du meilleur montage et celui du meilleur son. Aujourd’hui, si la technique a forcément pris un coup de vieux avec ses 27 années au compteur, ce film est toujours d’une excellente tenue grâce à son scénario bien écrit et à l’interprétation de ses comédiens, tous très impliqués.

Laisser un commentaire