Duel, Steven Spielberg vient bousculer Hollywood

C’était un film de télévision, un film du week-end de 74 minutes. DUEL n’était qu’un tout petit projet sur lequel un jeune homme du nom de Steven Spielberg allait se pencher.

Tiré d’une nouvelle écrite par Richard Matheson, le film est selon son cinéaste « une mise en accusation des machines« . Pour une raison quelconque, l’un des cadres du studio voyait DUEL comme un film fait pour Grégory Peck, ce qui aurait complètement changé la donne évidemment. En effet, dans ce cas, la réalisation aurait alors été confiée à un réalisateur plus important. Et le projet n’aurait effectivement pas eu la même direction. L’intrigue est réduite au strict minimum. Il faut pas mal de temps à David Mann (Dennis Weaver), le personnage interprété par Weaver pour comprendre que le camion-citerne l’a pris en chasse, la seule péripétie spectaculaire intervenant quand le monstre d’acier dévaste une attraction touristique installée au bord de la route où Mann a trouvé refuge : un élevage de serpents à sonnette et d’araignées venimeuses.

Spielberg affirme n’être pour rien l’atmosphère hitchcockienne du film, due selon lui aux dialogues parcimonieux de Matheson et au scénario « bourré de suspens. C’était la première fois que je me disais : si j’ai un bon script et que je suis un bon réalisateur, je peux faire un film génial ! La première fois que je

comprenais à quel point les metteurs en scène ont besoin de bons scénarios pour tourner de bons films.« . Le cinéaste ne fit pas de story-board, mais dessina une carte de la portion de route du désert de Mojave où il comptait tourner. Sur cette carte, il traça des petits V pour indiquer où il placerait les caméras. L’histoire allait au delà du simple duel. Elle plongeait au coeur d’une angoisse assez répandue. Vous roulez tranquillement sur une route, vaquant à vos affaires, vous doublez deux fois un camion-citerne qui avance à une vitesse d’escargot en vous asphyxiant avec un nuage de fumée noire et vous vous retrouvez, sans comprendre, à lutter pour votre survie.

DUEL sorti finalement dans les salles et sera considérer, au fil du temps, comme un film exceptionnel, peut-être même l’un des meilleurs de Spielberg. Tout est déjà là, dans ce métrage condensé, prodigieux d’inventivité. Les portes s’ouvrent alors pour le jeune cinéaste qui enchaînera sur son premier long-métrage destiné au cinéma : SUGARLAND EXPRESS.

Laisser un commentaire