Matrix Resurrections, retour dans la vie virtuelle

Publicités

Ce qu’on peut dire de MATRIX RESURRECTIONS, c’est qu’il ne laisse pas indifférent. On est en droit de penser ce qu’on veut sur le travail des Wachowski, mais on peut objectivement dire qu’elles mettent leurs tripes à chaque projet. Même quand il s’agit d’une suite de leur trilogie culte, exécutée par une seule personne du duo.

Entre ceux qui se lamentent d’un retour en forme de pétard mouillé et les autres qui critiquent les premiers pour leur pauvreté intellectuelle (un phénomène souvent récurrent lorsqu’une oeuvre sort un peu des sentiers battus), insinuant au passage qu’ils n’ont rien compris au long-métrage, les débats sont enflammés. RESURRECTIONS n’est pas le genre de film qui s’appréhende facilement. Il faut le digérer et le réfléchir avant d’en parler. C’est ce que j’ai fait, essayant de retourner le problème dans tous les sens. MATRIX RESURRECTIONS m’est apparu comme un insolite raté aux premiers abords. Honnêtement, c’est difficile de prendre plaisir devant cette longue odyssée métaphysique qui ne parvient que rarement à doper son récit.

Tout semble las dans la Matrice, du visage fatigué de Keanu Reeves

aux moments d’humour parfois maladroits en passant par un Morpheus remanié jusqu’à la pyrotechnie finale qui semble presque rajoutée pour respecter le cahier des charges. Mon premier constat fut celui-ci : MATRIX RESURRECTIONS était bel et bien une grande déception. La trilogie était parvenue à amener énormément de discussions autour de ses thématiques et si les deux derniers opus furent détestés à leur sortie, ce fut moins le cas par la suite. C’est la preuve même que MATRIX se débat et se décortique au fil du temps.

Le temps. C’est ce que j’ai laissé avant de concevoir cette critique. Il ne fallait pas se précipiter et donner une chance au film d’agir. Même si je suis moins sévère au moment d’écrire ces lignes, je dois admettre que ce nouveau volet n’a pas eu l’effet escompté. C’est vrai, Lana Wachowski a joué la carte méta pour critiquer l’état actuel du blockbuster et de l’industrie dans sa globalité. C’est une idée plutôt bien amenée et assez amusante dans un premier temps. Mais elle le fait ensuite au détriment de l’oeuvre elle-même. Dans son envie de tout envoyer valser, la cinéaste oublie de nous impliquer réellement dans son film. Le commenter est une chose, mais le rendre fluide en est une autre. Les digressions sont nombreuses et MATRIX RESURRECTIONS vise tout sauf l’euphorie. C’est une prise de risques assez énorme, mais une prise de risques ne fait pas un grand film. Le coeur même de ce dernier est tiraillé entre l’émotion et la réflexion. En effet, l’histoire de Néo et Trinity, le poumon de la saga, s’avère ici moins lumineuse et plus amère. Ce n’est que dans un final poétique et étincelant (où la lumière solaire illumine l’écran), qu’on ressent alors quelques palpitations.

Dans le fond, RESURRECTIONS est une quête d’amour. Neo est moins coincé dans ses questionnements intérieurs, mais désire seulement retrouver celle qu’il aime et être à ses côtés. L’ère de la vérité est terminée, celle du vivre-ensemble ne fait que commencer. C’est de ce point de vue que le long-métrage marque des points. Moins sur l’aspect visuel qui, s’il reste honorable, n’a aucun véritable impact. Ce qui est montré a déjà été vu en mieux dans les précédents et le climax final est peu enthousiasmant (néanmoins l’idée des bots qui tombent des immeubles en forme de bombes est assez fun).

MATRIX RESURRECTIONS n’a pas fini d’animer les débats en cette fin d’année. Mais justement, qu’une oeuvre divise aussi largement est une bonne chose. N’est-ce pas dans la diversité des points de vues qu’un film s’épanouit ? Le temps, toujours le temps. Et dans le fond, la réalisatrice n’a-t-elle pas fait tout ça pour « hacker » nos propres esprits ? Son intention de décevoir n’est-elle pas voulue ? Des questions, toujours des questions.

AVIS GLOBAL : MATRIX RESURRECTIONS est loin d’être un blockbuster conventionnel. Si Lana Wachowski possède quelques idées fulgurantes, de nombreux défauts entachent cette suite assez décevante. Mais une question néanmoins : cette déception s’estompera-t-elle avec le temps ?

Note :

Note : 2.5 sur 5.

MATRIX RESURRECTIONS 2h28

Actuellement disponible en VOD sur Rakuten Tv.

Laisser un commentaire