Les pleins pouvoirs, Eastwood dans la peau d’un cambrioleur

Publicités

Lorsque sort LES PLEINS POUVOIRS en 1997, Clint Eastwood vient de mettre en scène trois des plus grands films de sa carrière : IMPITOYABLE, UN MONDE PARFAIT et SUR LA ROUTE DE MADISON. Pour son retour, il revient avec un personnage de cambrioleur qui va marquer les esprits.

Le film est adapté du roman éponyme écrit par David Baldacci et publié en 1996. L’auteur avait déjà travaillé avec la productrice Karen Spiegel pour tirer un long-métrage de cette histoire qu’il avait en tête. Tout cela finira dans un bouquin dont les droits seront ensuite rachetés pour une adaptation cinématographique. Eastwood s’intéresse fortement à cette histoire, même s’il modifie quelques éléments du roman notamment en ce qui concerne le personnage principal Luter Whitney qu’il décide d’incarner.

Whitney est un Arsène Lupin moderne, un voleur élégant qui s’en est toujours pris aux riches. Arrivé au terme de sa longue carrière, il entreprend de dévaliser la résidence de Sullivan (E.G Marshall), un des hommes les plus riches de Washington, parti en voyage d’affaires avec sa jeune épouse, Christy (Melora Hardin). Tout se passe pour le mieux. Il s’apprête à repartir lorsqu’il découvre que la cloison de la chambre forte est un miroir sans tain qui donne sur la chambre à coucher. De l’autre côté de ce miroir, Luther assiste à un meurtre impliquant Christy et Richmond, le Président des Etats-Unis (Gene Hackman).

Suspense à couper le souffle, scénario aux nombreux rebondissements, interprétation impeccable, LES PLEINS POUVOIRS est un autre exemple de la versatilité d’Eastwood à la

réalisation. Ce n’est probablement pas son film le plus connu, mais il fait pourtant preuve ici d’une virtuosité indéniable. Pour incarner le président des Etats-Unis, le cinéaste ne voit qu’un seul homme : Gene Hackman. Après IMPITOYABLE, les deux hommes se retrouvent dans un univers bien différent cette fois.

À sa sortie, LES PLEINS POUVOIRS ne fait pas l’unanimité et essuie des critiques peu enthousiastes. Ce n’est qu’avec le temps que le film fut réhabilité, aidé par une sortie en VHS fructueuse. Quelques mois plus tard, Eastwood sortira un autre opus, MINUIT DANS LE JARDIN DU BIEN ET DU MAL.

Laisser un commentaire