Massacre à la tronçonneuse, critique désespérée

Publicités

Réalisé par Tobe Hooper en 1974, MASSACRE A LA TRONÇONNEUSE premier du nom est une véritable bombe qui reste encore aujourd’hui l’un des films les plus malsains du cinéma. Pourquoi ? Peut-être parce qu’il y avait un propos derrière le massacre, un véritable fond qui rendait tout ce qui se déroulait à l’écran très réaliste.

Autant dire que les nombreuses séquelles suivantes n’ont jamais retrouvées cette force. Le coup de « la suite directe du premier en oubliant les autres » a déjà été fait en 2013 avec le désastreux TEXAS CHAINSAW 3D. Mais ça n’empêche pas les producteurs de le refaire et de vendre ce MASSACRE A LA TRONÇONNEUSE 2022 comme une « suite directe du premier qui oublie les autres ». Et pour ça, il y a un argument imparable : faire revenir en mode vigilante le personnage qui a survécu au tout premier film : Sally Hardesty (désormais incarnée par Olwen Fouéré, l’actrice d’origine, Marilyn Burns, étant décédée en 2014). La production a du se dire que le modèle qui a si bien fonctionné sur le HALLOWEEN 2018 et le retour de Jamie Lee Curtis pourrait aussi marcher sur cette nouvelle séquelle.

C’est donc parti pour un véritable massacre que certains trouveront probablement jouissif, mais qui a clairement épuisé l’auteur de ces lignes. Où est l’intérêt

d’éviscérer des corps pendant près d’une heure et demie sans raconter d’histoire ? À la limite, on pourrait se passer d’un véritable scénario si le film possédait au moins une ambiance pesante et effrayante. Malheureusement, c’est le vide abyssal que nous propose le réalisateur David Blue Garcia qui met en scène ici son premier film. On comprend rapidement que la seule proposition offerte aux spectateurs, c’est de l’hémoglobine à outrance pour plaire principalement aux adolescents en quête de sensations fortes. Mais il faudra donc être peu exigeant pour apprécier ce spectacle gore gratuit et épuisant (en témoigne cette séquence dans le bus éclairé au néon, moment de sauvagerie inouïe). Si l’idée de réunir des influenceurs ultra connectés est bonne, elle est constamment mal exécutée dans son approche.

Tout cela, c’est sans compter le jeu d’acteurs souvent épouvantable. Olwen Fouéré n’est pas Jamie Lee Curtis. Elle gesticule, elle parle fort, elle lance des regards noirs puis des rires sadiques, rendant sa prestation plus risible qu’inquiétante. Sarah Yarkin est celle qui s’en sort le mieux, mais Elsie Fisher qui interprète sa soeur à l’écran ne transmet aucune forme d’émotion alors que son personnage possède un fond plutôt intéressant. Les autres sont tous anecdotiques et ne servent qu’à assouvir la soif de sang de Leatherface. Certains s’en contenteront, pour les autres…

AVIS GLOBAL : Une énième suite épuisante qui n’a absolument rien à offrir hormis de l’hémoglobine à outrance. Il serait peut-être temps de laisser la franchise s’éteindre…

NOTE :

Note : 0.5 sur 5.

MASSACRE A LA TRONÇONNEUSE 1h23

Actuellement disponible sur Netflix.

Laisser un commentaire