Une date, une histoire : Marlon Brando et le scandale du dernier tango à Paris

Voici une nouvelle rubrique au texte court, qui reviendra régulièrement sur une date clé du cinéma, se référant à un événement en particulier, une sortie de film, une polémique ou tout autre fait qui a eu lieu dans l’Histoire.

Nous sommes le 6 décembre 1972.

L’événement de cette fin d’automne est la sortie du DERNIER TANGO A PARIS. L’oeuvre est très attendue. Bernardo Bertolucci, depuis LE CONFORMISTE en 1970, s’est imposé comme l’un des auteurs les plus intéressants du cinéma européen. Pourtant, d’autres mobiles font courir le Tout-Paris, public et critiques confondus, à la découverte du film. Il réunit le comédien fétiche des QUATRE CENT COUPS, Jean-Pierre Léaud, la (presque) débutante Maria Schneider et le mythe absolu Marlon Brando.

Brando incarne le symbole d’une virilité triomphante et provocatrice. Pour ces spectateurs impatients, LE DERNIER TANGO A PARIS dépasse leurs espoirs. Bertolucci met en scène une passion sexuelle irrésistible entre un Américain cynique et une jeune fille sage. Le cinéaste signe une oeuvre qui séduit, mais dérange aussi par son réalisme, certains montant au créneau pour mettre en avant la provocation vaine d’un film qui se vautre dans « l’érotisme le plus abject« . Dans le viseur, cette odieuse scène de viol qui, aujourd’hui encore, est scandaleuse par sa mise en scène (Brando et Bertolucci n’ont pas averti Maria Schneider de cette scène totalement improvisée). Au final, LE DERNIER TANGO A PARIS réunira 5 150 995 spectateurs en France. Un incroyable phénomène.

Laisser un commentaire