Fast and Furious, le classement de la saga

La saga motorisée portée par Vin Diesel est réellement inclassable. De série B à blockbuster, de petit budget à mastodonte du box-office, de phénomène de société à diversité culturelle, FAST AND FURIOUS est une saga qui s’assume et qui a l’action comme moteur (et, entre nous, tous les blockbusters ne tiennent pas cette ligne directrice). Réalisées en direct, les cascades constituent l’une des plus grandes forces de ces films régulièrement impressionnants. Cette « famille », c’est comme revoir ces amis que l’on n’a pas vu depuis longtemps. Voici donc un petit classement des épisodes (inclus le spin-off HOBBS AND SHAW).

Publicités

9. 2 FAST 2 FURIOUS réalisé par John Singleton (2003)

Le plus faible de la saga. Tourné juste après le premier volet, sans Vin Diesel, 2 FAST 2 FURIOUS n’est pas le plus cool, loin de là. Paul Walker assure toujours et les présentations avec Tyrese Gibson alias Roman sont faites, mais le script et la direction artistique sont très ancrés dans leur époque et ont déjà mal vieilli. Même les cascades semblent plus faibles tandis que l’engouement du premier volet est déjà retombé. On retiendra tout de même une séquence d’action finale nerveuse qui annonce déjà le futur de la saga.

8. FAST AND FURIOUS, TOKYO DRIFT réalisé par Justin Lin (2006)

Le charisme inexistant de Lucas Black n’aide pas vraiment à rentrer dans un film un peu à la ramasse côté scénario et tente de lutter contre le manque du casting original qui a tout de même fait beaucoup dans le succès du premier film. Pourquoi est-il classé devant 2 FAST 2 FURIOUS ? Pour les courses de Drift, pour Tokyo et pour le génial Han interprété par Sung Kang. Et aussi parce que Vin Diesel revient à la fin et que, mine de rien, ce TOKYO DRIFT annonce déjà une nouvelle ère d’univers partagé que Marvel va exploiter totalement deux ans plus tard.

7. FAST AND FURIOUS, HOBBS AND SHAW réalisé par David Leitch (2019)

Le duo formé par Dwayne Johnson et Jason Statham est indéniablement la grande qualité d’un film qu’on a bien du mal à inscrire dans les thématiques de la saga. Les scènes d’action paraissent également moins impressionnantes, la faute à quelques effets spéciaux un peu brouillons (même si l’affrontement final envoie une bonne décharge d’adrénaline). Les dérives technologiques contaminent également le récit avec ce bad guy robotique interprété par un Idris Elba qui s’éclate dans son rôle. Un divertissement un peu trop gras donc.

6. FAST AND FURIOUS 4 réalisé par Justin Lin (2009)

Après les errements des deuxième et troisième volets, le retour du casting original redynamise complètement la franchise qui opère pratiquement un reboot avec ce quatrième volet. Une suite du premier qui n’occulte pas les événements des deux autres. Surtout, c’est le début du nouveau tournant que prendra la franchise. FAST AND FURIOUS 4 fait la passerelle entre le passé et le futur de la saga et s’avère assez bancal, que ce soit en terme de script ou en terme d’action. Sur ce dernier point, il est même l’un des moins réussis, le surdécoupage de Justin Lin ne rendant pas justice aux multiples cascades. Mais les bases sont posées et le casting est revenu. Il est alors temps de lâcher les chevaux !

5. FAST AND FURIOUS 8 réalisé par F. Gary Gray (2017)

Après le décès de Paul Walker, on se demandait bien comment la saga pouvait rebondir. Charlize Theron vient cabotiner en antagoniste hacker et sème la zizanie dans le clan de Toretto. Le côté drama est accentué et Vin Diesel devient alors le pilier du film. Les amis sont divisés puis rassemblés. Le scénario parvient difficilement à jongler entre tous ces impératifs, mais les séquences d’action restent redoutables, notamment une course-poursuite sur la glace complètement folle. Néanmoins, ce huitième film a perdu la fraîcheur et l’hallucinante dynamique du triptyque précédent, ce qui en fait un épisode moins emballant. Mais tout de même impressionnant.

4. FAST AND FURIOUS réalisé par Rob Cohen (2001)

Le film qui a lancé le phénomène. C’est simple, FAST AND FURIOUS a dépassé le cadre du cinéma lors de sa sortie en 2001. Personne n’attendait cette petite série B portée par Vin Diesel qui n’était pas encore un acteur reconnu. Dans ce film calqué sur POINT BREAK, on rejoue la partition du flic infiltré qui va s’attacher aux valeurs du criminel. Vingt ans après sa sortie, FAST AND FURIOUS est toujours aussi limpide et attachant. C’est le plus simple et le plus dégraissé de la saga. La diversité du casting a déjà plusieurs années d’avance sur les grands questionnements qu’Hollywood continuent de se poser à chaque lancement de projet. Cet opus originel a embrassé les rues et a réalisé une synergie totale avec son public qui reste toujours présent vingt ans plus tard.

3. FAST AND FURIOUS 6 réalisé par Justin Lin (2013)

En changeant de braquet, la saga se rapproche de JAMES BOND et MISSION IMPOSSIBLE. Ce sixième opus en met plein la vue avec des séquences d’action ahurissantes. Que ce soit dans une course-poursuite en plein Londres, une autre sur la route où un tank (!) déboule et l’inoubliable passage sur l’interminable piste de décollage qui façonne un montage parallèle entre combats à mains nues à l’intérieur de l’avion et course-poursuite à l’extérieur. La »family mania » commence à grimper et les acteurs possèdent une véritable alchimie entre eux. Sans compter que la présence de Dwayne Johnson est plus importante, ce qui rajoute une dose de fun à l’ensemble. Et puis, le méchant incarné par Luke Evans est plutôt cool.

2. FAST AND FURIOUS 5 réalisé par Justin Lin (2011)

Ce cinquième volet n’est pas seulement le virage d’une saga qui se refaçonne, mais c’est surtout un excellent film d’action, peut-être l’un des meilleurs des années 2010. Justin Lin est monté d’un cran en terme d’action et les séquences sont stupéfiantes de lisibilité (une qualité qu’on ne peut pas attribuer à tous les blockbusters). L’arrivée de Dwayne Johnson est un atout indéniable, mais le script est surtout le meilleur de la saga. Se transformant en film de casse avec la réunion de tous les personnages importants de la saga, cet épisode est un véritable plaisir de cinéma qui trouve son apogée dans une improbable course finale hyper jouissive. Sans compter ce combat mano a mano entre Vin Diesel et Dwayne Johnson qui vaut son pesant de cacahuètes.

  1. FAST AND FURIOUS 7 réalisé par James Wan (2015)

Un épisode à part, pour des raisons qui appartiennent au destin tragique de Paul Walker qui mourut durant le tournage de ce septième film. Cette émotion traverse tout le récit jusqu’à une scène finale poignante où la fiction se mêle étrangement à la réalité. Un instant unique. Si je classe ce septième opus à la première position, c’est en partie pour cette particularité, mais aussi et surtout pour la folie furieuse qui le traverse. On peut déjà parier que c’est le climax de la saga, ce moment où les séquences d’action dépassent les limites du possible dans un foudroyant exercice de style. James Wan s’éclate comme jamais avec tout ce qu’il a à disposition et renforce encore les liens entre tous les personnages. Jason Statham est l’antagoniste le plus dingue de la franchise, un personnage cynique et impitoyable qui sied totalement à son interprète. Un véritable spectacle qui sera probablement impossible à réitérer en terme de plaisir pur.

One Reply to “Fast and Furious, le classement de la saga”

Laisser un commentaire