Falling in Love, la valse des sentiments entre Robert de Niro et Meryl Streep

La délicatesse des sentiments, le romantisme d’une histoire simple et douce. Sorti en 1985, FALLING IN LOVE n’est probablement pas le meilleur film de Robert de Niro et Meryl Streep, mais il fait partie de ce genre de long-métrage qui laisse leur petite symphonie dans un coin de notre tête.

À New York, Molly et Frank, sans se connaître, prennent le même train, fréquentent les mêmes boutiques et s’y croisent. La veille de Noël, dans la librairie Rizzoli, dans la 57e rue, ils se heurtent et faisant tomber leurs paquets, s’échangent par inadvertance les livres qu’ils viennent d’acheter, sans s’en apercevoir. De cette brève rencontre, naît chez cette femme et cet homme, pourtant tous les deux mariés, un sentiment amoureux. Frank cherche à provoquer une nouvelle rencontre dans le train de banlieue qu’ils prennent régulièrement. Par ailleurs, Frank, architecte, se voit proposer un poste à Houston, alors que Molly se trouve confrontée à la dégradation de la santé de son père.

Six ans après VOYAGE AU BOUT DE L’ENFER, les deux acteurs se retrouvent donc pour une histoire d’amour qui n’hésite pas à basculer parfois dans le sirupeux. Qu’importe le talent du duo fait des étincelles. De Niro fait preuve d’une belle justesse dans son jeu en parvenant à incarner cet homme simple, éloigné de la démesure qu’il a régulièrement côtoyée depuis ses débuts chez Scorsese ou Coppola. À ses côtés, Meryl Streep est lumineuse, parfaitement à l’aise dans un rôle qui lui va comme un gant.

L’amour sera-t-il plus fort que la raison ? Cette passion qui les dévore peut-elle faire basculer définitivement leur vie ? FALLING IN LOVE parle, en creux, de cette difficulté à tout plaquer pour s’offrir un avenir potentiellement plus heureux. Si la mise en scène d’Ulu Grosbard reste classique et plutôt effacée, elle laisse tout le champ libre à sa distribution qui comprend également Harvey Keitel et Dianne Wiest. On attend toujours une version blu-ray pour le redécouvrir comme il se doit…

Laisser un commentaire