Little Odessa, le premier film percutant de James Gray

Pour son prochain film, ARMAGEDDON TIME (qui sortira en novembre prochain), le réalisateur James Gray s’est largement inspiré de sa vie. Un parti-pris qu’il avait déjà opéré pour son tout premier long-métrage, l’excellent LITTLE ODESSA.

Un film noir d’une grande précision

On suit ici Joshua Shapira, incarné par Tim Roth, est un tueur à gages d’une trentaine d’années. Un jour,

son commanditaire lui ordonne de se rendre à Brighton Beach, quartier juif ukrainien de Brooklyn de son enfance, où il a tué quelques années auparavant le fils du parrain de la mafia du quartier Boris Volkoff, pour exécuter un bijoutier iranien véreux. Humainement, Joshua est un homme déprimé et d’une incroyable froideur et brutalité. Il se rend à contrecoeur à sa destination. Son jeune frère Reuben (Edward Furlong) d’une dizaine d’années son cadet apprend qu’il est revenu et souhaite à tout prix reprendre contact avec lui. Joshua se montre d’abord réticent, pour éviter de le mettre en danger, avant d’accepter finalement après avoir appris que leur mère est mourante.

Dès son premier long métrage le jeune cinéaste témoigne d’une maîtrise et d’une ambition exceptionnelles.  James Gray emprunte les codes du film noir pour raconter une histoire très autobiographique centrée sur ses souvenirs d’adolescent new yorkais et sa relation avec les membres de sa propre famille. Le cinéaste se documente avec passion tout en plongeant dans la vraie mafia russe du quartier de Brighton Beach au sud de Brooklyn, peuplée par une communauté juive venue d’Europe de l’Est, et théâtre de l’action de son film. Le tournage s’étend durant cinq semaines, sur place, renforçant l’aspect réaliste du long-métrage. Le réalisateur affirmait ses volontés lors de la sortie du film en 1994 : « J’ai lu tous les articles se rapportant au sujet que je pouvais trouver dans n’importe lequel des principaux journaux. J’ai traîné du côté de Brighton Beach pendant des mois et rencontré tout un tas de personnes. J’ai parlé à la police de New York de ce sujet. Je n’ai jamais cherché à faire un film sur la mafia russe juive en tant que telle mais j’espère que la description de ce milieu est juste« . On peut dire en effet qu’elle l’est.

Une histoire familiale

Déjà passionné par les histoires familiales, Gray sublime ces relations qui paraissent d’un naturel confondant. Les relations entre frères au cœur de LITTLE ODESSA se retrouveront d’ailleurs au centre des deux films suivants de Gray, THE YARDS et LA NUIT NOUS APPARTIENT. Tim Roth interprète un sombre tueur à gages, personnage ténébreux, exécutant ses contrats sans état d’âme, mais semant aussi la désolation autour de lui, y compris auprès de ceux qu’il aime. Il joue avec une intensité solennelle impressionnante dans ce qui constitue l’un de ses plus beaux rôles. James Gray dira.  » Le film est l’histoire d’une personne qui cherche à revenir dans le droit chemin mais bien sûr, sa tragédie c’est qu’il ne peut y arriver parce qu’il est allé trop loin » Long-métrage sur la contamination du Mal, LITTLE ODESSA impressionne par son pessimisme radical et la force de sa mise en scène. Il fut d’ailleurs récompensé à maintes reprises dans les différents festivals auquel il a participé. Aujourd’hui, c’est encore et toujours l’une des oeuvres les plus percutantes du cinéaste qui a pourtant enchaîné quelques pépites depuis.

Laisser un commentaire